Centre Chorégraphique National de Créteil

Amar, Armand

Création musicale

Français d’origine marocaine, le compositeur natif de Jérusalem s’est plongé très tôt dans les musiques extra-européennes. Musicien autodidacte, il s’est initié aux tablas, au zarb ou aux congas auprès de différents maîtres. A travers la rencontre avec la danse dans les années 70, il a trouvé un rapport direct à la musique, le pouvoir d’improviser sans contraintes, les vertus de l’échange in situ. Il a depuis collaboré avec des chorégraphes contemporains tels Marie-Claude Pietragalla, Carolyn Carlson, ou encore récemment Russell Maliphant.

On retrouve ce syncrétisme d’influences spirituelles et musicales dans ses musiques de films. Parmi les plus célèbres, on peut citer Amen. (2000) et Le Couperet (2005), de Costa-Gavras, Indigènes (2006), de Rachid Bouchareb, Home (2009), de Yann Arthus-Bertrand, ou encore Le Concert (2009), de Radu Mihaileanu, primé par le César de la meilleure musique de film. Plus récemment, Armand Amar s’est impliqué dans diverses collaborations avec des réalisateurs notamment au Brésil, en Chine et en Norvège où il vient de recevoir le Amanda Award 2014 pour la meilleure bande originale d’un film pour A Thousand Times Goodnight du réalisateur norvégien Erik Poppe. Il travaille actuellement sur la musique de la suite de Belle et Sébastien avec le réalisateur Christian Dugay et avec Yann Arthus-Bertrand sur le film Human.

Collectionneur d’instruments de musiques du monde entier, fondateur d’un label de musiques traditionnelles, il a réalisé un premier oratorio mundi, Leylâ et Majnûn, présenté au printemps dernier à la Salle Pleyel à Paris.